Au bout du pont, Chalkida

Un magnifique pont suspendu et un petit  pont d’antan relient l’île d’Evia au continent. C’est ici, au centre de la partie occidentale de l’île, que se trouve la capitale de la préfecture  d’Evia.

Publié le

 La particularité de Chalkida : un bras de mer la sépare en deux parties, l’une se trouvant sur le continent, l’autre sur l’île.

C’est une des « grandes » villes de l’île Evia ou d’Eubée. Le long de la jolie promenade, qui borde la mer, d’innombrables  bars branchés invitent à se délasser. En fin de journée, c’est toute la jeunesse de la ville qui semble s’y retrouver.

 En poussant un peu plus loin, vers le terrain de jeux des enfants au-dessus de la mer, quelques tavernes plus typiques invitent à goûter les spécialités locales.

C’est d’ailleurs une des images que je retiens de l’île d’Evia : l’émergence d’un train de vie contemporain au cœur des riches traditions. Evia est une île authentique, qui ne fausse nullement son image pour l’adapter aux goûts des touristes. Ses multiples trésors, naturels et culturels, se dévoilent avec générosité au touriste curieux.
Chalkida ne déroge pas à cette règle. Car la ville a bien plus à offrir qu’une belle promenade. Pour découvrir plus facilement ses petits trésors cachés, rien de tel qu’une visite guidée. Avec un peu de chance, c’est Dr Konstantinos D. Politis qui vous accompagnera, archéologue francophone qui désespère que tous ces trésors restent cachés ! Alors que « Agamemnon est passé par là, rassemblant sa flotte dans cette crique là-bas avant de la diriger vers Troie ! »

Mais avant de nous montrer l’un ou l’autre monument historique, il nous rend attentif au « crazy seawaters», les eaux folles. 

En face de l’hôtel  Lucy, sous le vieux petit pont mobile (une nouveauté presque mondiale lors de sa construction en 1962) et qui enjambe le canal de l’Euripe,  on peut observer un phénomène naturel : la marée qui change de direction toutes les six heures. Comme le passage est étroit, l’eau semble danser frénétiquement créant un remous continuel, faisant ressembler la mer à une grande rivière.

En raison du mouvement continuel,  l’eau est très propre, condition idéale pour les fruits de mer que l’on peut déguster juste quelques pas plus loin…

Aristote, un enfant célèbre de Chalkida, ne pouvait expliquer ce phénomène…
Le long de la promenade, quelques hôtels rappellent l’époque faste où les grands de ce monde venaient y faire la fête. L’hôtel Lucy avec ses 92 chambres donnant toutes sur le front de mer, était parmi les plus connu. Il est géré actuellement par Chelmis Miltiades,  président du regroupement des hôteliers de l’île. Sa mère Lucy est toujours présente avec son sourire.

C’est son grand-père qui a construit l’établissement où ont séjourné notamment Kennedy et d’autres grands de ce monde. Il y a même construit un cinéma, transformé aujourd’hui en parking : avec l’arrivée de la télévision, il ne faisait plus recette. Parmi les employés, quelques-uns parlent même un peu le français, comme la souriante Zoé.

Tout au bout de la promenade, la Maison rouge, qui sert aujourd’hui de centre culturel, et la maison des statues dans un style néo-classique.
En suivant notre guide dans le dédale des rues du centre historique, on passe par quelques autres bâtiments dans un style néo classique (le roi Otto de Bavière est passé par là), dont un abrite un petit musée archéologique.

Des maisons ottomanes en bois malheureusement en piteux état, mériteraient d’être restaurées. Ce qui est peu probable, dommage.

Dans une aile du château médiéval, un petit musée folklorique donne un aperçu des traditions de l’île. 

En continuant la balade, trois édifices religieux témoignent de l’origine multiculturelle des habitants de la ville.
La mosquée Emir Zadé remonte à la fin du 15e siècle. Elle surplombe la place du monument aux morts.

La synagogue rappelle la présence des Juifs durant l’histoire plus que millénaire de Chalkida. Sous la conduite de l’évêque Grigorios, les chrétiens ont d’ailleurs sauvé de nombreux Juifs durant la Seconde guerre mondiale.

L’église orthodoxe Aghia Paraskevi est une jolie mosaïque architecturale. La basilique byzantine du 8e siècle (« de la même époque que la cathédrale Notre-Dame de Paris », s’exclame notre guide) a des éléments vénitiens puis gothiques. Les plafonds en bois de 1414 sont identiques à ceux du palais ducal à Venise. 

Après avoir admiré les icônes et autres parements en marbre,

 il est temps de prendre un petit rafraîchissement au 1922, petit bistrot bien sympa juste en face de l’église.
De l’autre côté du vieux pont, sur le continent donc, la forteresse Karababs veille sur la baie. Elle a été construite par les ottomans pour protéger aussi bien l’île que la terre ferme dans un design résolument italien. 

La vue récompense amplement l’effort de la montée (mais on y accède également en voiture) : la ville de Chalkida, la mer, la baie Avylos où se trouve la source d’eau fraîche qui a incité Agamemnon d’y faire une halte avant de voguer vers la guerre de Troie.

Le musée à l’intérieur vaut la visite. Quelques pièces  de la ville ancienne racontent la vie d’antan, des panneaux montrent la configuration du site. On découvre d’étonnants « chapeaux » de tombes turques,

 l’évolution de l’écriture et une constitution écrite par Rigas Velestinlis se basant sur la Révolution française. 

Mais la pièce la plus précieuse est ce magnifique bas-relief d’Alexandre le Grand qui a été exposé dans les musées les plus prestigieux dans le monde entier.

Allez, après cette plongée dans l’histoire, il est temps de plonger dans les eaux turquoise qui miroitent en bas. Plutôt que de rester sur la plage municipale, nous reprenons la voiture pour rejoindre les plages à Alikos, très prisées par les Athéniens. A éviter donc le week-end.

 

INFOS

LOGER
Hôtel Lucy, en bord de mer. Possibilité de transfert de et vers l’aéroport d’Athènes.
Organisation de nombreuses excursions avec visite guidée : Athènes, Delphes, etc.
www.lucy-hotel.gr

ORGANISER
Yalos Tours, agence francophone spécialisée dans la Grèce, propose des voyages à la carte.
www.yalostours.gr

LOCATION DE VOITURE, directement à l’aéroport ou sur l’île : www.joyriderental.gr

Merci au regroupement des hôteliers d’Evia et de Skyros présidé par Chelmis Miltiades pour leur accueil.