Balade viticole à Vacqueyras

La France est un pays béni pour les amateurs de bons vins. En descendant dans le sud, petit arrêt à Vacqueyras, le temps de rencontrer quelques vignerons de l’appellation.

Publié le

Dans la vallée du Rhône, les appellations viticoles sont légion. Lors d’une virée en direction du sud, arrêtez-vous à Vacqueyras, dont les vignes s’épanouissent au pied du massif des Dentelles de Montmirail.

L’AOC Vacqueyras existe depuis 1990. Le village discret de l’appellation se trouve dans le sud de la vallée du Rhône, à une trentaine de kilomètres d’Avignon. 

Au cœur du village, le domaine des frères Arnoux a pignon sur rue et affiche fièrement son emblème, le vieux clocher. 

Ce vieux clocher qui veille toujours sur la petite cité. « Mon frère et moi, nous présentons la 13e génération, explique Jean-François Arnoux en montrant fièrement un acte de donation. « En 1717, notre aïeul Pierre Bovis a reçu une parcelle de vignes du Seigneur de Lauris. »

Leur cuvée phare s’appelle d’ailleurs 1717, magnifique assemblage de grenache et de syrah cueillis en sur maturité et vieilli en barriques neuves pendant 36 mois. La visite des différents bâtiments du domaine ressemble un peu à une chasse au trésor. On y découvre le vieux pressoir à mains en fonction jusqu’en 97 (heureusement pour la finesse du vin il n’est plus utilisé !).

Des foudres provenant d’Alsace. La mystérieuse cave des millésimes creusée à la force des bras par le père et l’oncle de Jean-François. « C’est notre cave des mémoires, sourit Jean-François. Nous y stockons chaque année plusieurs échantillons. »

Avant de passer à la dégustation, le petit parcours à la découverte des arômes s’impose afin de mieux percevoir les notes délicates des différentes cuvées.

Se balader au Clos de la Cave

On n’y vient pas par hasard au Clos de la Cave qu’on aimerait appeler le Clos du philosophe tant son vigneron chante la terre et la nature : « La terre, c’est extraordinaire qu’elle nous permette de produire du vin ! ». Peut-être aussi parce qu’Henri Bungener est docteur en psychologie.

Il a repris le vignoble acheté en 1976 par son père dans ce site un brin magique d’où la vue embrasse les Dentelles de Montmirail, les Alpilles, la plaine du Comtat Vénaissin. 

En 1989, le domaine est parmi les premiers de la région à passer en bio. « Mon père souffrait de polyarthrite. Un changement de régime lui a apporté la guérison, du coup il a aussi changé le travail dans la vigne, sourit discrètement Henri Bungener point rebuté par la complexité du sol de son vignoble.
Pour percer ses secrets, il procède à un relevé minutieux des parcelles. « Nous faisons de la microbiologie du sol. » D’un mètre sur l’autre, le même cépage peut avoir un développement totalement différent. « C’est du aux strates très fines inversées et en vertical. »

Si cela complique le travail du vigneron, c’est bénéfique pour la vigne. « Les racines peuvent descendre très loin et ne souffrent ainsi ni de la sécheresse ni du réchauffement. » Seul 1 rang sur 4 est labouré, pour ne pas trop déranger la micro vie dans le sol.

La visite de la vigne en compagnie d’Henri ou de Damien Verriele, son assistant tout aussi passionné que lui, est une plongée passionnante dans l’univers de la vigne. Mais des panneaux explicatifs permettent aussi de cheminer librement, avant de déguster les vins du domaine.

Séjourner à la ferme-vignoble

Entre Dentelles de Montmirail

et mont Ventoux

sur le ban communal de Sarrians, s’étend la ferme-vignoble de Rose et Claude Combe. L’Oiselet est un domaine qui rappelle la polyculture pratiquée dans le passé par de nombreux viticulteurs.
Lucien, l’arrière-grand-père de Claude, s’est installé sur ces terres en 1900, lorsque le canal de Carpentras a été creusé afin d’irriguer les terres pour permettre le maraîchage. Il a planté des vergers, des oliviers, des vignes. Claude a fait la culture de melons, de tomates, et a organisé des fêtes pour faire venir les gens à la ferme. « Il y a 20 ans, j’étais le seul paysan à inviter à des fêtes … ». Mais l’idée a vite été copiée, la concurrence est devenue trop rude. Rose monte alors une ferme pédagogique et propose des logements insolites. Des yourtes sont disséminées entre les vignes, dans la garrigue.

Les enfants sont ravis de découvrir toutes sortes de volailles et des lapins, des petits tracteurs pour faire la course.

Claude se concentre sur ses 20 hectares de vignes et le couple a investit dans son propre chai. « La vigne, je la travaille en bio depuis 20 ans. Autant aller au bout et faire mon propre vin ?. Je ne produis que du Vacqueyras rouge », explique Claude qui est aussi un inventeur et bricoleur invétéré.
Dans leur vaste potager et au verger, les Combes cultivent de variétés anciennes de légumes et de fruits : pommes poires, figues, prunes, pêches, kiwis sont transformées en jus et en confitures par l’infatigable Rose.

Faire un tour à la cave

Rhonéa est né de la fusion des caves coopératives de Vacqueyras et de Beaumes-de-Venise. Plus de 200 artisans-vignerons cultivent 2 000 hectares de vigne dont 1 200 ha en Cru Gigondas, Vacqueyras et Beaumes-de-Venise.

Ses membres ne se veulent pas être de simples apporteurs de raisins. D’où leur surnom « artisans-vignerons ». La plupart d’entre eux  cultivent leurs vignes bio ou en raisonné.
Une collection « domaines & châteaux » permet aux  vignerons qui le souhaitent, d’isoler une partie de leur production pour faire élaborer des petites cuvées à part.
La cave est résolument tournée vers le futur et l’innovation. Un chai suspendu facilite le travail en cave et la sélection parcellaire se fera bientôt par satellite afin de déterminer parfaitement le bon moment des vendanges en fonction de la maturité.

Les vignerons échangent leurs idées dans plusieurs ateliers et la cave organise régulièrement des activités oenotouristiques.

Pour préserver le patrimoine foncier viticole, le projet Rhonéa vignobles permet à tous ceux qui le souhaitent, de devenir copropriétaire d’un vignoble et de sauver la vigne du grignotage urbain. 

INFOS

Maison Arnoux et fils
Place Pousterle
84190 Vacqueyras
Tél. 04 90 65 84 18

Clos de Caveau
1 560 Chemin de Caveau
84 190 Vacqueyras
tél. 04 90 65 85 33
www.closdecaveau.com

Domaine de l’Oiselet
1 234 Route des Garrigues de l’Étang
84260 Sarrians
tél. 04 90 65 57 57
www.oiselet.com

Boutique de dégustation à Vacqueyras
ouverte tous les jours de 9 h 30 à 12 h 30, 14 h à 18 h
Infos sur www.rhonea.fr

Loger

Côté Dentelles  est une très belle adresse au cœur des vignes. C’est un havre de paix, au cœur des vignes avec vue sur les Dentelles de Montmirail.

Les quatre chambres sont spacieuses, équipées d’une vaste baignoire balnéo ou d’un jacuzzi. Le petit-déjeuner est excellent et l’hôtesse des lieux partage volontiers ses bonnes adresses. Salle de sport et piscine (extérieure) permettent de gommer d’éventuels excès dans les restaurants de la région. 1179 chambre.

Côté Dentelles
145 Chemin du Parc
84 190 Vacqueyras
tél. 06 70 27 42 22
www.cotedentelles.com