Delhi, point de départ pour visiter l’Inde du Nord

Notre périple à la découverte de l’Inde du Nord, a commencé par une visite rapide de Delhi.

Publié le

Quand vous vivez dans une ville de 200 000 habitants, débarquer à Delhi cause un choc de culture. La capitale de l’Inde affiche au moins 25 millions d’habitants… cela représente beaucoup de bruit (impossible de rouler sans klaxonner à tout va), beaucoup de pollution (mon mouchoir est noir !), beaucoup de bouchons. Voitures, vélos, rickshaws, touc toucs, circulent dans un enchevêtrement improbable !
 Pour avancer malgré les bouchons, scooters et autres mobylettes roulent sur le trottoir.

Comme nous n’avions prévu qu’une journée pour la visite, notre guide nous a préparé un petit « best of ». Au sud, New Delhi est relativement aérée, avec des larges avenues, des parcs et des quartiers résidentiels. La Porte de l’Inde en grès rouge se dresse en mémoire des dizaines de milliers soldats indiens tombés pendant la Première guerre mondiale en combattant pour l’armée britannique. Les bâtiments principaux sont l’œuvre d’architectes anglais.

 Nous avons fait un tour à la plus grande mosquée de l’Inde, Jama Masjid.  Sa place peut accueillir jusqu’à 25 000 personnes. Elle se trouve dans le vieux Delhi. Un escalier monumental permet d’accéder au portail. L’ensemble est assez joli, les bâtiments sont en grès rouge. Il faut enlever les chaussures. Heureusement qu’on peut garder les chaussettes car le sol est assez sale puisque les gens nourrissent les pigeons.

 

 

 

Après nous avons traîné un peu dans les ruelles du bazar de Chawri tout autour, observé les marchands, les coiffeurs qui travaillent dans la rue tout comme les repasseuses, humer les parfums des plats qui cuisent, admirer les étals de légumes. L’enchevêtrement de fils électriques et de téléphone laisse songeur…

Quand on passe par Delhi, on va voir le mémorial du Mahatma Gandhi, une simple plaque en marbre noir qui marque l’emplacement de la crémation de Gandhi. Ce qui nous a plu, c’est le calme qui règne dans le Raj Ghat, paisible parc loin du bruit et de la pollution.
J’ai bien aimé aussi lire les devises de Ghandi que l’on peut lire sur des plaques. Là aussi, il faut y aller pieds nus, mais là c’était propre ! A part ça, il n’y a pas grand-chose à voir. Il y a évidemment beaucoup d’Indiens qui viennent dans ce parc et c’est le début des demandes de selfies avec les touristes européens.

Le site qui nous a beaucoup plu est le Qutub Minar. C’est ici que se dresse le minaret le plus haut d’Inde, et le troisième au niveau mondial. La tour est construite en grès rouge, les derniers étages en marbre blanc avec des vers calligraphiés du Coran et de jolis motifs décoratifs. Il y a de nombreux autres bâtiments sur le site comme les vestiges de la plus ancienne mosquée du pays.

 

 

 

 

Il y a encore beaucoup de choses à visiter à Delhi, mais le programme pour notre périple à travers l’Inde du nord est dense. Le temple d’or à Amritsar nous attend. Pour gagner du temps, nous prenons l’avion.