Capitaine d’une semaine sur les canaux bretons

Partir à la découverte d'une région à bord d'un bateau sans permis de la compagnie Le Boat est la garantie d'un voyage paisible, reposant. Loin des trépidations d'une croisière classique.

Publié le

Découvrir une région en naviguant sur ses voies d'eau est un plaisir qui se savoure avec tous ses sens : on écoute le pépiement des oiseaux d'eau qui nichent sur les rivages, le bruissement des feuilles dans les arbres qui bordent le canal. On hume les parfums du foin, des jardins fleuris. On ressent la rugosité des cordes d'amarrages. Et, surtout, on goûte aux spécialités culinaires locales !

En quête de vacances calmes tout en gardant une certaine liberté, c'est notre quatrième voyage à bord d'un bateau fluvial de la compagnie le Boat. L'avantage : point besoin d'un permis de bateau. Après le Canal du midi, le canal du Rhône à Sète et la Vénétie, cap sur la Bretagne et le canal de l'île et la Rance. L'accueil est, comme dans les autres bases, professionnel et très gentil. Nous avons rendez-vous à Dinan où Loïc a déjà tout préparé.

Intarissable, il passe en revue le fonctionnement du bateau avant d'expliquer toutes nos futures étapes, avec beaucoup d'humour. « Environ 300 m avant une écluse, vous donnez un petit coup de klaxon pour avertir l'éclusier. Un seul, pas tout un concert comme les vacanciers italiens ! Respectez les limitations de vitesse, en voyant à quelle heure vous passez les écluses, ils savent très bien si vous avez fait des excès. Si vous prévoyez de vous arrêter avant de passer une écluse, faites prévenir l'éclusier pour qu'il ne vous attende pas inutilement. Ils aiment bien qu'on leur témoigne un peu de respect et dans le cas contraire, ils pourraient très bien vous faire attendre longtemps... »

Comme Dinan est une très jolie petite ville médiévale, nous restons sur place le premier jour pour visiter mais aussi remplir la cuisine de bord. Le lendemain, nous larguons les amarres pour une semaine de navigation de Dinan à Messac.

Les berges et les chemins de halage sont parfaitement entretenus. Sur certains tronçons, une partie de notre « équipage » précède d'ailleurs le bateau à vélo, histoire de faire un peu d'exercice ! A chaque écluse, les discussions avec l'éclusier (ou l'éclusière) vont bon train. Ils attrapent les cordes pour amarrer le bateau dans l'écluse (sur le canal du midi les plaisanciers doivent se débrouiller eux-mêmes) et nous descendons à tour de rôle pour aider à pousser les balanciers et ouvrir les portes des écluses. Les abords des maisons éclusières ressemblent à des jardins remarquables. Dès notre passage, l'éclusier prévient son prochain collègue qui ouvre les portes avant notre arrivée.
Vigilance à la barre.

Si sur le Canal du midi, les bateaux sans permis sont légion, ici la circulation est bien moins dense et, à chaque passage d'écluse, des petits attroupements se forment pour assister à la manœuvre. Plusieurs ponts sont tellement bas, que le pilote doit les passer couché sur la barre ! Il va de soi qu'il faut rentrer le parasol auparavant et que les passagers s'accroupissent !
Pour cette quatrième croisière, j'ai enfin osé m'initier au pilotage. Si ce n'est pas difficile, il faut rester sans cesse vigilant. Dès qu'on tourne la tête pour admirer le paysage ou vérifier la carte, le bateau n'en fait qu'à sa tête pour dévier de son tracé. Avec ses 20 m de long, le bateau a une certaine inertie dont il faut tenir compte. Pas besoin de tenir la barre avec les deux mains (on n'est pas en haute mer), des mouvements légers d'une main sont suffisants. Grâce aux instructions de Loïc, nous sommes attentifs aux bouées et panneaux qui, sur certains tronçons, indiquent la voie de navigation à suivre impérativement.

Malgré la météo capricieuse, cette semaine de navigation est un vrai plaisir. En dehors de la navigation, il n'y a rien à faire si ce n'est préparer l'apéro, les repas. On a enfin le temps de discuter, de bouquiner, de faire des jeux de société, de jouer à la guitare, de chanter, Aux écluses, on échange des recettes, des bonnes adresses. À l'écluse Calandry, Patrick nous fait goûter du sirop de rhum pour agrémenter notre ti-punch... À la Charbonnière, Didier offre un bouquet de roses de son jardin et des boutures... L'accueil des Bretons est tellement chaleureux qu'on a qu'une envie : explorer les autres canaux !

DM001
DM002
DM003
DM005
DM004
DM007
DM006
DM008
DM009
DM010
DM011
DM013
DM012
DM014
DM015
DM016
DM017
DM018
DM019
DM020
DM021
DM022
DM024
DM023
DM025
DM026
DM028
DM027
DM029
DM030
DM031
DM032
DM034
DM033
DM035
DM036
DM037
DM038
DM039
DM040
DM041
DM042
DM043
DM044
DM045
DM046
DM047
DM048
DM049
DM050
DM051
DM053
DM052
DM054
DM055
DM056
DM057
DM058
DM059
DM060
DM061
DM062
DM063
DM065
DM064
DM066
DM067
DM068
DM069
DM071
DM070
DM072
DM074
DM073
DM075
DM076
DM077
DM079
DM078
DM080
DM081
DM082
DM083
DM084
DM085
DM086
DM087
DM088
DM089
DM090
DM091
DM092
DM094
DM093
DM096
DM095
DM097
DM098
DM099
DM100
DM101
DM103
DM102
DM104
DM105
DM106
DM107
DM108
DM109

Informations

Belles haltes

Dinan, ville fortifiée
Léhon et son abbaye St-Magloire
Hédé et ses 11 écluses
St-Germain-sur-Ille et son atelier de fabrication de portes d'écluses
St-Grégoire, et son moulin
Rennes, belle et vivante
Messac et les bonnes galettes au Charly's Bar
Toutes les écluses avec leurs éclusiers souriants et serviables

 

Pratique

Le Boat est leader du tourisme fluvial en Europe, avec plus de 40 ans d'expérience. La compagnie propose un grand choix d'itinéraires et de bateaux sans permis, de 2 à 12 personnes.

Le Boat
Le Grand Bassin
BP 1201, 11492 Castelnaudary

tél. : 04.68.94.42.80.

Voir toutes les infos sur www.leboat.fr