Fastnacht (2) - Schramberg,ses bretzels, ses horloges et son chat poilu


Schramberg, petite ville en Forêt-Noire, est réputée pour ses musées techniques (trains miniatures, horlogerie, etc.).  Mais aussi pour son chat poilu  qui règne sur les figures emblématiques de carnaval : le « Hansel », le « Brüele » et les « Da-Bach-na-Fahrer »...Et oui, parfois, les noms sont un peu difficiles à prononcer!

Publié le

 De nombreux symboles figurent sur les costumes des différents personnages. Le cadran solaire arrêté sur 23h45 par exemple est un clin d'œil au passé horloger de la ville. Mais aussi un rappel : le mercredi des Cendres, on enterre carnaval...

 

Les personnages les plus originaux, ce sont les « Da-Bach-na-Fahrer », habillés d'une blouse bleue et d'un... baquet en bois. Il y a environ 80 ans, quelques fêtards ont décidé de descendre le ruisseau du village dans un baquet en bois. Pourquoi ? Mystère ! Mais il n’en fallait pas plus pour créer une nouvelle société carnavalesque. Depuis, lors du carnaval, de nombreuses équipages participent à cette course loufoque sur des embarcations de fortune.

 

Mais carnaval rend aussi triste, pas souvent, heureusement ! Dans la foule des « fous » souriants, le masque du « Brüele « (le pleureur) ressort par ses rides et larmes de chagrin.

 

Tous ces personnages cachés derrière des magnifiques masques sculptés en bois, distribuent des bonbons aux spectateurs. Mais pour grappiller chocolat et autres douceurs pendant le défilé, il faut apprendre deux ritournelles : « Da Bach na, da Bach na – mit Kummer un mit Sorga ; bis am Asch-, bis am Asch, Aschermittwochmorga » ou «Hori, hori, hori is die katz, und wenn die katz net hori is dann gfallt sie dena maidla nit....». Entraînez-vous !
N'ayez crainte, il suffit de retenir la mélodie qui est assez simple pour faire illusion.

 

Après le défilé, tout le monde se presse devant l'hôtel de ville pour attendre la fameuse « bénédiction du bretzel » : les boulangers de la ville confectionnent 30000 bretzels distribués aux visiteurs.

 

Quant au fameux chat poilu, on ne le voit pas mais on l’entend : des «chats musiciens» dans les rues à l’aube avec des drôles d'instruments de musique produisant des sons parfois assez discordants !