La Petite Auberge à Bergholtz

Sur la Route du vin d'Alsace, un ancien caveau à vin transformé en auberge. C'est ici, à Bergholtz, que le jeune couple invite à de jolies découvertes gastronomiques.

Publié le

Au cœur de la Route des vins, à Bergholtz, la Petite Auberge cache bien son jeu. Si, de l'extérieur, elle ressemble à une Winstub, le décor à l'intérieur est résolument moderne : la petite salle à droite se drape en rouge et noir, partout du mobilier contemporain. Le jeune chef arbore boucles d'oreille et bracelets. Ici, point de plats traditionnels alsaciens mais une cuisine gastronomique.
Georges Castanheira a grandi auprès de ses grands-parents portugais à Mittelwihr. S'il a vaguement eu envie de se lancer dans le métier de cuisinier, il manquait totalement de repères. L'apprentissage au restaurant étoilé Maximilien à Zellenberg auprès de Jean-Michelin Eblin, était une vraie découverte pour le jeune Georges qui, de son propre aveu, était très dissipé !
Mais «Monsieur Eblin était un patron extraordinaire, patient, très droit dans sa vie et dans sa cuisine. Il a fait bien plus que m'apprendre le métier en m'inculquant des valeurs de vie. Il est vite devenu mon modèle !».

Après deux années d'apprentissage et un an comme commis au Maximilien, Jean-Michel Eblin le pousse dehors. « Il m'a dit : je t'ai appris à cuisiner, maintenant tu dois apprendre à travailler. »
Du restaurant étoilé, Georges passe alors dans la restauration traditionnelle, apprend à faire de la choucroute pour de nombreux convives, des plats pour de grands groupes. Lorsque la possibilité se présente de partir aux États-Unis, il n'hésite pas une seconde.

Pendant deux ans, il travaille dans le Colorado à « La Marmotte » avec Bertrand Marchal, originaire des Trois Épis, qui a fait de sa table l'un des meilleurs restaurants de l'état. «Une belle expérience de vie ! On travaillait de 16h à 22 h. Le reste du temps, on pouvait aller skier. Les routes étaient barrées en hiver et les gens arrivaient par avion pour dîner. » Parmi les clients prestigieux de « La Marmotte », Georges a ainsi vu passer Clint Eastwood, Mel Gibson ou encore Nicole Kidman.

À son retour en France, il tourne encore quelques années dans différents établissements jusqu'à ce qu'il se sente prêt à s'installer à son compte avec sa femme Céline.
C'était il y a cinq ans. Le jeune couple a transformé un ancien caveau en une petite auberge accueillante. L'association des vieux murs en pierre et du mobilier contemporain est une réussite.

Si la carte n'est pas très grande, elle ne propose que des produits frais et de saison. « Nous travaillons avec nos moyens. Il arrive même que ce soit ma belle-mère qui ramasse les chanterelles, les myrtilles, les châtaignes... », sourit le chef.

Les propositions de quatre entrées, quatre poissons, trois viandes, quatre desserts changent donc régulièrement. Sauf quelques incontournables comme le foie gras et la crème brûlée.
De son apprentissage au Maximilien, Georges a gardé l'amour de la cuisine gastronomique. Le service à l'assiette et à la cloche est donc de rigueur.
Pour découvrir la cuisine de Georges, il propose, en semaine à midi, un menu affaires pour 19 € (25 € entrée, plat, dessert).

Pour se faire plaisir, plusieurs formules de menu sont proposées :

  • découverte (31 €)
  • entre- deux (39 €)
  • gourmet (51 €)

De nombreux vins sont également servis au verre.

Informations

La Petite Auberge
4 rue de l'église, 68500 Bergholtz.

Fermé mardi et mercredi


tél. 03.89.28.52.90

www.lapetiteauberge.fr