Au Relais de la Poste à Müllheim (Allemagne)

Là où déjà Goethe et le poète alémanique Johann Hebel se sont régalés, Heinrich Mack et son équipe accueillent leurs hôtes pour des instants faits de saveurs gourmandes et de convivialité. Le tout dans un cadre rénové avec beaucoup d’amour.

Publié le

Dire que ce bel établissement, une adresse emblématique du Markgräfler Land dans le pays du Bade-Wurtemberg, a failli disparaître ! L’hôtel-restaurant Alte Post à Mullheim peut s’enorgueillir d’un vénérable passé.


Datant de 1745, les murs de l’ancien Relais d Poste sont bien plus anciens : ils ont été érigés avec des pierres provenant d’un couvent cistercien détruit pendant la guerre des Trente Ans.
Au fil du temps, des hôtes illustres s’y sont arrêtés, dont Goethe en route pour l’Italie mais aussi le poète Johann Hebel. Hôte fidèle, une petite salle lui est même dédiée.

Raviver l’âme

Mais les changements de propriétaires ont failli être fatals à l’établissement. Le dernier en date, une société d’investissement du nord de l’Allemagne, a essayé de le transformer en motel fonctionnel.
En acquérant l’établissement sur le déclin en 1986, l’hôtelier Heinrich Mack s’est lancé un sacré défi : «l’hôtel ne faisait aucun profit, rien n’y a été investi depuis des années, à part mes diplômes je n’avais pas de capital et les banques ne voulaient pas me suivre…» se souvient Heinrich Mack, riche d’une solide formation en cuisine et d’une belle expérience dans des grands établissements hôteliers.
Mais Henirch Mack voulait autre chose qu’un établissement anonyme et il a eu un coup de cœur pour cette belle bâtisse qui dégage une vraie âme. Alors il retrousse les manches pour insuffler une nouvelle vie à l’ancien Relais de Poste.

«Nous étions cinq, j’étais en cuisine sans un seul jour de congé… Mais chaque jour valait la peine,» s’enthousiasme celui qui a créé le premier hôtel écologique d’Allemagne.
«À l’époque, tout le monde se moquait de moi… Mais pour aller de l‘avant, il fallait un concept novateur. J’éprouve beaucoup de respect pour cette maison qui est un monument historique, qui fait partie intégrante de son environnement. Il était donc évident d’en tenir compte lors des travaux de rénovation !»
Ce souci du « bien », du « bon », du « beau » se ressent dans l’ensemble de l’établissement. On n’y trouve aucun meuble préfabriqué, tous sont construits en bois naturel provenant de préférence de la région, les peintures sont bios…

L’hôtel est idéalement situé pour découvrir les stations thermales des environs, mais aussi des villes comme Fribourg-en-Brisgau, Bâle, Strasbourg ou encore Colmar. Ursula Mack organise régulièrement des sorties-dégustations dans le vignoble environnant

30 ans plus tard

30 ans après la reprise de l’Alte Post, Heinrich Mack arrive tout doucement au bout des rénovations. L’établissement étant classé monument historique, les travaux sont parfois compliqués - et coûteux - à réaliser.
Avec son épouse Ursula il a su créer un esprit d’équipe et de cohésion parmi les salariés. Une ambiance familiale et chaleureuse qui rayonne dans toute la maison. Le restaurant compte parmi les 400 plus belles adresses en Allemagne.


Deux chefs y officient : Olaf Wortmann qui suit Henrich Mack depuis 20 ans, et Markus Martin, qui apporte l’enthousiasme de sa jeunesse et des nouvelles idées. Un duo qui fonctionne harmonieusement et qui surprend toujours encore les papilles des hôtes.
À la Alte Post, on n’a pas attendu la mode du bio, du manger local. Au moins 70 % des produits sont certifiés bio et proviennent essentiellement de producteurs régionaux. «La cuisine doit raconter l’histoire de notre belle région dont nous pouvons être fiers. Notre carte de vins fait aussi la part belle à nos vignerons.»
Depuis une quinzaine d’années, on peut y déguster un vrai menu végétarien au lieu d’une simple assiette de légumes. Et la carte permet à chacun d’y trouver son bonheur selon son envie du moment : cela va du saumon confit à la salade de  saucisse, d’un menu truffes (jusqu’au 6 novembre) à la fondue au fromage.
Le menu (27 €) change chaque semaine. Pour fêter ce 30e anniversaire de la reprise de l’Alte Post par Heinrich Mack, un menu anniversaire est proposé chaque mercredi soir (39 €).